Ma vie rêvée sur les réseaux sociaux

photos "évasion"

Avant de commencer mon blog, je ne m’intéressais pas vraiment aux réseaux sociaux ni même aux blogs. À dire vrai, j’ai pris conscience de l’existence d’une blogosphère il y a seulement 4 ans. Pour ce qui est des réseaux sociaux j’avais juste facebook, plutôt utile car pas mal de mes amies vivent à l’étranger. Pour le reste, je ne vivais pas plus mal de ne pas m’y intéresser.

Et puis un jour, comme Obelix je suis tombée dedans. J’ai commencé à lire de plus en plus de blog et à avoir envie de créer le mien. De toute évidence, on ne peut pas vouloir animer un blog et communiquer sur ce terrain-là sans prendre part aux réseaux sociaux. Ça semble difficile. Ou alors personne ne vous lit vraiment. Je me suis donc laissée prendre à ce jeu et, même si je pense avoir limité la casse, je gère une page facebook, un compte instagram et un profil pinterest au nom de mon blog. Du coup, je passe pas mal de temps sur instagram (qui reste mon réseau préféré, simple, efficace et esthétique), je farfouille, je vais voir ce qui se fait ailleurs, je découvre des gens, des talents, des lieux et c’est là que le bât blesse. Car si les réseaux sociaux du type instagram sont une mine d’inspiration, ils sont également perfides. Je m’explique.

C’est lors d’une promenade en forêt que le sujet est venu sur le tapis. En effet, nous marchions côte à côte avec mon amie tout en discutant de nos vies, du besoin de se mettre au vert, de voyager, de découvrir au-delà du bitume. Et nous en sommes venues à parler des réseaux sociaux et de l’image qu’ils te renvoient de ta propre vie insignifiante. Quand tu vois toutes ces photos super chiadées où tout est montré à travers le prisme de l’ultra esthétisme, ça a quelque chose de décourageant. Sur instagram, certains comptes sont vraiment magnifiques avec des paysages à couper le souffle, des voyages à l’autre bout du monde. Parfois, même une photo d’un super smoothie pris le matin sur la plage de Kailua beach te donne envie de pleurer face à ton vieux bol de chocapic. Il y a ceux qui sont toujours sur les routes, à dormir dans un van, à vivre cheveux aux vents en regardant le soleil se coucher sur un lac. Tout semble si parfait, leurs vies semblent merveilleuses, ils sont libres. Et il y a toi qui instagram ta plante verte.

beaux comptes instagram

@theogosselin // @maudchalard

En février dernier, nous avons fait un merveilleux voyage à Hawaï. J’ai eu l’idée de ce voyage en suivant le compte instagram d’une nana qui ne montrait que des paysages de rêve. Ça m’a fait râler, alors même que j’ai eu l’incroyable chance de m’y rendre. Oui, mais elle, elle vit aux States et elle s’y rend souvent à Hawaï. Et elle dort au Four Seasons. Et en fait je crois qu’elle est très très riche, genre rentière. Elle mange des sushis tout le temps. Ah ! Oui mais ça ma bonne dame, ce n’est pas la vraie vie !!

On parlait aussi avec mon amie de ce qu’elle appelle la « communauté quechua ». Autrement dit, les supers sportifs qui sont toujours aux 4 coins du monde dans des paysages de ouf en train d’escalader le Grand Canyon ou qui se réveille au petit matin face à un glacier au Canada. Ceux qui se satisfont des plaisirs simples de la vie. Ceux qui préfèrent mettre 300 balles dans des chaussures de randos plutôt que dans un sac à main. Oui et bien sur, ils consomment équitable et mangent bio. Moi aussi je veux en être !!! Mais combien sommes nous à avoir ce genre de vie extraordinaire ? À pouvoir partir 6 mois dans un van faire le tour de la Nouvelle-Zélande ? À pouvoir tout plaquer pour vivre autre chose ?

Les réseaux sociaux tels qu’instagram sont un formidable moyen de rêver, de s’inspirer, de découvrir. Mais en même temps ils peuvent donner une vision biaisée de la réalité. Tout n’est pas toujours aussi rose et oui, il faut prendre le métro le matin pour aller bosser face à un écran (pour certains ! Pour moi en tout cas), et oui ta tarte aux pommes est moche quand tu la prends en photo mais voilà, on s’en fout ! Je crois qu’il faut savoir prendre du recul face à tout ça et ne pas se servir des réseaux sociaux comme comparatif pour nos propres vies. Nous ne devrions d’ailleurs les comparer à rien, nos vies. Ce sont nos vies, chacune est différente et elles sont ce que l’on en fait. Peut-être qu’au fond, nous ne sommes que des enfants gâtés. Plus facile à dire qu’à faire, mais j’essaie de m’en rappeler le plus souvent possible, de ne pas perdre pied et d’être reconnaissante pour ce que j’ai.

photos "évasion"

(Visited 222 times, 1 visits today)

8 thoughts on “Ma vie rêvée sur les réseaux sociaux

  1. UnPeuPlusLoin

    Ahahah ça me parle tellement ! J’ai ouvert mon compte insta (je peux me faire un peux de pub …? @unpeuplusloininsta au cas ou ;-) ) cet été. J’étais contre, je me méfie des réseaux sociaux, mais c’est effectivement obligatoire quand on a un blog.

    Mais du coup, avec ce compte et le fait de faire de plus en plus de photos, je me suis rendu compte de tout ce qu’il y a derrière une belle photo, je pense par exemple à cette photo (si le lien marche… https://www.instagram.com/p/BHw8tOzBF9x/?taken-by=unpeuplusloininsta&hl=fr )
    Je l’aime beaucoup, mais j’avais anticipé, en prenant pour nos vacances, mes bottes, mon plaid et le drapeau, j’ai fait le cadrage, galéré avec le chien et soulé mon mari pour qu’il fasse exactement ce que je voulais.
    Puis finalement j’ai pris le parti de ne pas copier, de ne pas essayer de vendre un rêve éveillé, une esthétique hyper branchée (en fait je ne sais pas faire ;-) ) mais de faire des photos qui me semblent réalistes et qui reflète vraiment la réalité du voyage vécu.
    Il ne faut pas prendre ce que l’on voit sur les réseaux pour argent comptant, sinon aïe aïe ça fait très mal !
    Je t’avoue aussi, que depuis que j’ai quitté mon boulot pour me consacrer à la photo, j’aime tellement ma vie, que celle des autres ne me fait plus rêver (et ça c’est un graaaannnnd pas !).

    Alors ne perd pas de vu l’envers du décor (les pauses forcées, les 3 700 photos ratées que tu ne verras jamais…) et n’oublie pas que si tu voyages 15 jours mais que tu mets en ligne une photo par jour, tu peux donner l’impression de voyager toute l’année ! ;-)

    Bon courage et ne te laisse pas impressionner :-)

    Bises

    aude de http://www.unpeuplusloin.fr

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      J’ai vu en effet ton compte instagram et tes superbes photos :-)
      C’est vrai qu’il faut toujours penser à l’envers du décors, à ce temps fou que ça prend pour avoir LA bonne photo et à toutes celles que l’on rate. A la fois toutes ces photos, ces images postées, c’est super inspirant (j’ai découvert grâce à instagram de génialissimes illustratrices et je suis super contente de ces découvertes) et par moment très frustrant. Prendre du recul me parait la seule solution. C’est chouette que tu puisses vivre de ta passion, j’espère que tu continueras à te régaler longtemps et à apprendre pleins de choses, toujours.
      Merci pour ton petit mot ♥
      Bon week-end à toi ;-)

      Répondre

      1. UnPeuPlusLoin

        merci ! mais je ne vis absolument pas de ma passion (pas pour le moment en tout cas), mais j’ai voulu franchir le pas, et on verra bien :-) je m’accroche ! :-)

        Répondre

        1. D'encre et de sel

          Je croise les doigts pour toi ;-)

          Répondre

  2. Eouzan.H

    Très sympa et intéressant cet article! ♥

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Merci ^_^

      Répondre

  3. Lice

    Effectivement, il faut savoir prendre du recul face à ça, mais ce n’est pas toujours facile. Il y a eu un moment ou j’en ai eu ras le bol de tout ces comptes “parfait”, à la vie rêvée. Ça me faisait déprimée plus qu’autre chose et te remet en question alors que ça ne devrait pas. Et toutes ces fille sur IG qui se ressemblent toutes, sans aucune personnalité.
    C’est le monde des réseaux sociaux et je pense que ça ne fera que s’empirer.. :)
    Bises, à bientôt

    Lice – http://www.leblogdelice.com

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Sans recul on se noie dans la masse. Et tu as raison, beaucoup de gens se ressemblent, on arrive a une sorte d’homogénéité assez ennuyeuse. C’est pas évident de se placer dans tout ça, de relativiser et de se dire que la vie n’est pas limpide ni toujours esthétique.
      Toujours contente d’échanger avec toi!
      Un bisou Lice et bon week-end ;-)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *