Storyboard #24 : Le juste prix d’une illustration

Mini BD qui représente une illustratrice racontant comme il est difficile de faire comprendre aux gens quel est le juste tarif d'une illustration. (2/6)

Oui c’est un article de ronchon. En mode coup de gueule. Mais on touche au nerf de la guerre : l’argent, le juste prix d’une illustration.

Même si je présente tout ça avec humour, j’avoue être un peu fatiguée de ces comportements, de ces réactions. 

Le pire ce sont les gens qui me contactent par mail pour me parler de leur projet en détail, de ce qu’il voudrait comme illustration pour leur site, leur flyers, leur logo. Ils veulent connaitre mes tarifs pour telle ou telle prestation. Bien entendu je prends la peine de leur répondre, d’expliquer comment je travaille, ce que je peux faire pour eux. A la fin je donne un ordre d’idée concernant le prix de mes illustrations. Et là, fabuleux, je n’ai plus aucune réponse, plus aucune nouvelle de ces gens si malpolis. Ni merci ni merde. Non seulement ils me font perdre un temps précieux mais en plus ils ne prennent même pas la peine de me répondre, même un vieux « merci pour votre réponse, je vous recontacte d’ici peu… ». Là on a à faire au pompon du je-m’en-bats-les-steaks-merci-bien-au-revoir.

Après, toutes les personnes qui me contactent ne sont pas aussi irrespectueuses – heureusement !

La plupart sont polies et pleine d’enthousiasme. Mais ces derniers temps la réaction est toujours la même : une fois que j’annonce le tarif de la prestation, disparition totale du client. Pfffiout, évaporation! J’avoue je ne sais pas trop à quoi s’attendent les gens en faisant appel à un illustrateur. Pensent-ils vraiment s’en sortir pour une illustration à 30 euros ? Un logo à 50 euros ? Répondre à une commande demande du temps, de l’investissement. Du travail tout simplement. Je m’apprête à énoncer une vérité vraie mais tout travail mérite salaire. J’ai la chance de gagner ma vie par ailleurs et de ne pas compter après l’illustration pour vivre, mais il y a des tas d’illustrateurs qui dépendent de leur métier et je me demande vraiment comment ils s’en sortent avec ce genre de réaction.

Comme je l’explique dans cette petite BD, ce n’est pas parce que sur ma boutique Etsy je vais vendre une gouache à 50 euros – gouache que j’ai faite pour mon plaisir, que toutes mes illus vont avoir le même prix. Encore une fois répondre à la commande d’un client ce n’est pas la même chose que de vendre un original sur Etsy.

Je vous assure que ce genre de réactions me donnent de moins en moins envie de travailler avec des particuliers…

Quand vous vous apprêtez à demander un devis, gardez en tête que cela aura un coût. Il est déjà très difficile de fixer un juste prix, j’entends par là un prix que l’on estime légitime et qui rémunère à juste titre la production d’une œuvre, alors quand en plus les gens vous demandent de travailler pour des clopinettes (des clopinettes oui!) c’est rageant.

Et fixer un prix c’est encore plus difficile lorsqu’on débute dans le milieu de l’illustration. Parce que l’on se dit qu’on est pas légitime, que l’on ne mérite pas autant.

Bref, même si je serai une éternelle débutante, ça fait quelques temps déjà que je vends mes illustrations, et j’estime savoir de quoi je parle en terme de tarif. J’ose le dire : mon travail a de la valeur. Voilà. A bonne entendeur….

(Visited 169 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *