Storyboard #2 : Le spleen

Je te l’avais dit, je te l’avais promis souviens-toi… Petit lecteur je sais que tu trépignes d’impatience à l’idée de lire cette 2e storyboard alors la voici. J’espère que cette nouvelle rubrique deviendra notre petit rendez-vous à nous, et que tu l’attendras avec impatience, comme tu attends avec impatience les visites à ta vieille tata Micheline et ses 15 chats.

Illustration représentant le spleen

Sujet moins rigolo pour ce 2e opus, mais qui me tient à cœur : le spleen. Tu sais, comme l’écrivais Baudelaire (qui mieux que lui pour décrire le Spleen ?) :

« Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle

Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,

Et que de l’horizon embrassant tout le cercle

II nous verse un jour noir plus triste que les nuits »

J’ai toujours été une fille à spleen, trop de petites mécaniques dans ma tête, trop de petites réflexions inutiles. Même si je suis heureuse, par moment ce mal-être me saisit à la gorge. Il est tapis dans l’ombre et m’attend au détour d’un couloir sombre pour me sauter sur l’échine. C’est un blues collant qui arrive parfois, comme une glu épaisse qui repart comme elle est arrivée. C’est mon côté sombre (#darkside) et j’ai comme l’impression que je ne pourrais pas m’en défaire. Il est ancré. Tu vois de quoi je veux parler ? Tu connais toi aussi ? Et après, il suffit que j’entende sa voix ou qu’il soit simplement là pour que tout s’envole. Et que le ciel s’éclaircisse.

(Visited 82 times, 1 visits today)

2 thoughts on “Storyboard #2 : Le spleen

  1. La Mouette

    Oh comme cette illustration (qu’elle est belle, j’aime vraiment beaucoup ton trait très “jeté” !) me parle ! Je suis comme toi souvent sujette au spleen, et bien que parfois je trouve qu’il est presque confortable (certaines formes de mélancolie sont assez douces je trouve), il est parfois aussi un peu pesant.

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Je vois ce que tu veux dire. Certaines mélancolies sont presque… inspirantes! Un peu romantiques. J’ai toujours eu ces humeurs sombres, et je vois que je ne suis pas la seule :-) Après il ne faut pas qu’elles soient trop profondes ou durent trop longtemps. Et je te remercie pour ton compliment, tes mots me touchent!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *