Lectures et romans du moment #1

romans du moment #1

romans du moment #1

Il m’est arrivé de vous parler de certaines de mes lectures sur le blog. Il s’agissait surtout de lectures sur le développement personnel, ou de livres instructifs comme celui sur l’intestin. Je ne vous ai jamais vraiment parlé de romans, ni de mes lectures quotidiennes. Je lis pas mal, surtout depuis que je suis à Paris et que je prends le métro. Avant, je lisais surtout pendant les vacances. Mais ici, rien de mieux qu’un bon bouquin pour s’évader de cette foule et de cette puanteur urbaine. J’entame donc le premier volet d’une nouvelle rubrique “Lectures et romans du moment”. J’aime bien lire ce genre d’article quand je manque d’inspiration et j’espère à mon tour vous donner envie de lire certains bouquins, vous donner des idées. Pour ce premier opus, trois romans, trois polars au style bien différent.

▲ « NYMPHÉAS NOIRS » de Michel Bussi

L’histoire : Le roman a pour décors le village de Giverny, ou Monet s’est installé pour peindre ses Nymphéas. Giverny et son histoire, ses couleurs, ses touristes, ses peintres amateurs. Giverny, village à l’apparence tranquille ou les habitants cachent de lourds secrets. Dans ce lieu, trois femmes sont comme emprisonnées : la plus jeune, 11 ans, est égoïste mais peint comme un maître ; la seconde, 36 ans, est une menteuse à la beauté dangereuse ; la troisième est une vieille femme aigrie, une petite souris noire. Un jour, un homme est retrouvé assassiné au bord de la rivière, le crâne fracassé. Au fil de l’enquête, le lecteur s’enfonce dans la tourmente de ces trois femmes qui tentent de fuir leur prison respective. Le récit alterne entre la narration de la vieille femme qui espionne le village, le déroulement de l’enquête, et une narration extérieure neutre. Passé et présent se mêlent délicieusement, sous fond de passion.

Mon avis : Gros coup de cœur. J’ai trouvé l’histoire de ce polar totalement incroyable. Et vraiment bien écrit. Au fil des pages, l’intrigue tourne en rond. Toutes les possibilités ont été envisagées, rien n’a de sens. Et puis, finalement, on croit comprendre. Vient alors le dégoût. Dégoût de la lâcheté des personnages, de leur renoncement. Mais c’est encore plus tordu que cela et en fin de compte, plus simple encore. Tout finit par s’imbriquer à merveille. On se demande alors comment l’auteur a pu créer un tel puzzle, comment n’a-t-on pas fait le lien avant ? À la fin, la rage de la vérité laisse place à la tristesse, à une nostalgie infinie. Les dernières lignes sont magnifiques. J’ai peut-être lu ce roman à un moment ou j’étais plus sensible, mais ma gorge est restée nouée un moment après avoir refermé le livre. Et je pense encore à cette histoire incroyable…à ses yeux « mauves nymphéas ».

▲ « JOYLAND » de Stephen King

L’histoire : Devin Jones a 21 ans lorsque, en 1973, il est engagé comme saisonnier pour travailler dans le parc d’attraction Joyland. Seulement voilà, un meurtre a eu lieu il y a des années de cela dans une des attractions du parc, et le fantôme de la victime apparaît à certains. Devin devra répondre à plusieurs questions : qui est l’homme au tatouage qui semble avoir commis le meurtre ? Qui est ce petit garçon en fauteuil roulant qui le salue tous les matins, à côté de cette grande maison verte ? Et comment se remet-on d’un chagrin d’amour quand on a 21 ans ?

Mon avis : Il faut le savoir, je suis une fan inconditionnelle de Stephen King. C’est un de mes auteurs favoris. (D’ailleurs je compte vous faire un article à part sur le sujet prochainement). J’aime son style délicieusement kitsch, sa façon de parler de l’enfance, de décrire ses peurs. Il écrit comme personne sur la nostalgie du temps qui passe. Et je préfère de loin ses premiers bouquins écrits dans les années 70, 80. Bref, revenons à Joyland. Hélas un peu fade le Joyland… J’ai l’impression qu’on ne retrouve pas la fougue et le côté fou de King. Le décor était parfait pour une histoire d’horreur : quoi de mieux qu’un parc d’attraction des années 70 ? Avec ses clowns, ses diseuses de bonne aventure, sa « maison de l’horreur », c’était cadeau ! Mais l’histoire est franchement plate, les personnages sans relief et la magie n’opère pas cette fois-ci. Pour moi c’est une déception. Le livre se termine très facilement et reste distrayant, mais je le classe dans les moins bons de King. Dommage.

▲ « REBECCA » de Daphne du Maurier

L’histoire : C’est à Manderley, superbe demeure de la côte anglaise que tout se passe. Le propriétaire du domaine a perdu sa femme, Rebecca, dans un naufrage. Fraîchement remarié, il vit désormais avec sa jeune et timide seconde épouse. Seulement voilà, le huit-clos est inévitable : le fantôme de Rebecca est partout, dans la moindre pièce, dans le moindre objet, dans le moindre souvenir. Elle avait tout, elle était belle, brillante, cultivée. Le souvenir de Rebecca hante la vie de la nouvelle épouse qui ne parvient à trouver sa place au côté d’un mari à l’esprit secret. Que s’est-il réellement passé à Manderley ? Que se cachait-il derrière tant de perfection ? Pourquoi la gouvernante, toute vêtue de noir, effraie-t-elle autant la jeune épouse ? Quel genre d’emprise peut avoir une morte sur les vivants ?

Mon avis : Il y a des années de cela, j’ai vu un Hitchcock qui m’avait marqué et je n’ai jamais réussi à retrouver le titre. Je n’avais que des bribes de scènes en tête. Il s’agissait du film « Rebecca » de 1940 adapté de ce livre. Je m’en suis aperçue dès les premières page. Le bouquin est très bien écrit, les descriptions de la demeure sont belles, on sentirait presque le parfum du jardin et les embruns de la mer. L’intrigue est bien menée et jusqu’au dernier moment, on se demande comment cette histoire va finir. La jeune mariée est délicieusement naïve, voir carrément gourde et souvent insupportable de timidité. Dans un chapitre, elle se compare elle-même au chien de la maison lorsque son mari lui caresse les cheveux d’un air lointain, « bonne fifille ! ». Le contraste entre la superbe Rebecca et la très fade seconde épouse est poignant, l’ambiance oppressante à souhait. Je vais de ce pas me re-mater le film d’Hitchcock ! Les affiches de l’époque ne sont-elles pas géniales ?

Rebecca film affiches

(Visited 70 times, 1 visits today)

6 thoughts on “Lectures et romans du moment #1

  1. Lice

    Ah, super cette nouvelle rubrique :D moi aussi j’ai le temps de lire dans les transports, à peu près un livre tous les deux semaines ^^
    Le Stephen King me dit bien !
    Bises, à bientôt

    Lice – http://www.leblogdelice.com

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Merci :-) Les transports ont au moins ça de positif : ils permettent de lire!
      Si tu lis le S.King, tu me diras ce que tu en as pensé!
      Bises

      Répondre

  2. Julia

    J’adore! Ca donne envie de bouquiner…

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Surtout que tu lis beaucoup ;-)
      Commence par Michel Bussi, même si je sais que tu n’aimes pas les “Best Seller” que tous le monde lit, celui-ci vaut vraiment le coup!!
      Bisou mon renard ♥

      Répondre

  3. cjkan

    Très bonnes critiques qui me font mettre ces romans sur ma déjà longue liste!! Merci.

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Et oui, je sais que tu es amatrice de bon bouquins… Tu peux lire le 1e et le dernier les yeux fermés ;-)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *