Lecture : Le charme discret de l’intestin

Le charme discret de l'intestin

Le charme discret de l'intestin

Il faut que je vous parle de ma dernière révélation littéraire. Alors oui, on va parler intestin, digestion, et caca. Je vous arrête tout de suite : « l’intestin ? Mais on s’en balance le pompon ! ». Que nenni ! Le sujet est super intéressant. Pas question ici de faire de l’humour à deux balles, ce serait trop facile. Le charme discret de l’intestin est un livre que tout le monde devrait lire pour comprendre à quel point tout est lié, le corps et l’esprit, les tripes et nos humeurs. Et tout simplement pour comprendre notre corps. Car au fil des pages, je me suis aperçue de mon ignorance et je ne pense pas être la seule dans ce cas. Avant d’entamer tous les régimes de la terre, de manger bio / sans gluten / sans viande / sans sucre / sans gras / seulement à base de spiruline, nous devrions d’abord nous pencher sur le mécanisme de nos entrailles.

Giulia réussit la prouesse de rendre ce genre de sujet passionnant. Elle vulgarise le discours médical sans pour autant nous parler comme à des idiots, tout en ponctuant son récit d’humour. Ici rien n’est lourd, la lecture est facile et légère. Certains passages m’ont beaucoup fait rire.

Dès les dix premières pages, j’étais captivée et je rigolais toute seule dans le métro. Et dès les dix premières pages, j’ai appris un paquet de choses sur mon corps (par exemple le fait que nous avions deux sphincters, un plus « mécanique », l’autre plus « social », la communication entre les deux nous empêchant de déféquer sur le tapis de tante Mireille. Dingue, non ?) Ainsi, saviez-vous que :

  • la salive c’est du sang filtré (on en produit entre 1L et 1,5L par jour)
  • le meilleur moyen d’être efficace aux toilettes est de se mettre en position « toilettes turques »
  • l’émail des dents est le matériau le plus solide que le corps humain puisse produire
  • on sécrète de la salive juste avant de vomir pour protéger cet l’émail des sucs gastriques (miam !)
  • notre microbiote intestinale (flore intestinale) peut peser jusqu’à deux kilos !

Dessin La connaissance de l'intestin

Le livre se divise en trois parties :

La première traite de l’intestin en lui-même, de la façon dont il fonctionne, de quoi est-il composé. C’est un peu la fiche « qui suis-je » de cet organe méconnu. L’auteur passe également en revue tous les autres organes qui constituent notre tube digestif : œsophage, intestin, appendice et gros intestin. Dans notre corps, rien n’est inutile, tout à une raison d’être, comme les amygdales ou l’appendice. On apprend ainsi pourquoi il vaut mieux ne pas retirer les amygdales avant l’age de 7 ans.

La seconde partie explique pourquoi l’intestin est considéré comme notre deuxième cerveau. Le paragraphe « Le grand voyage de la nourriture » est particulièrement intéressant. L’auteur nous explique tout ce qui se passe dans notre corps, du moment où nous regardons le morceau de gâteau planté sur notre fourchette jusqu’à ce que celui-ci soit digéré et perdu dans nos canalisations. Giulia traite également de la relation entre le cerveau et l’intestin, de leur manière de communiquer ainsi que des conséquences de cette bonne entente.

La dernière partie concerne le monde complexe des microbes et des billions de bactéries qui nous habitent, nous entourent. Certains passages sont un peu plus techniques, mais on y apprend des choses passionnantes. Nous apprenons ainsi que les premiers habitants de notre ventre vont déterminer tout l’avenir de notre corps. Ainsi, les bébés nés par césarienne mettent des mois à stabiliser leur population bactérienne car, en ne sortant pas par la filière pelvienne, ils ne peuvent profiter des germes bienfaisantes de leur mère et du doux manteau de bactéries qui se trouve à la sortie de l’utérus.

Autre exemple avec l’histoire de la salmonelle, mauvaise bactérie responsable de crampes au ventre, de diarrhée et de fièvre. Elle se retrouve dans nos intestins par un chemin un peu fou : cette bactérie est naturellement présente chez les reptiles. Le poulet de mauvaise qualité est nourri aux céréales africaines. Dans ces champs de céréales, tortues et lézards déposent leurs excréments et donc des salmonelles. Les céréales sont ensuite données aux poulets qui ingèrent également la bactérie en question. Ce poulet au rabais se retrouve dans notre casserole. S’il est suffisamment cuit, la bactérie ne survit pas. Par contre, elle aura eu le temps de contaminer notre planche à découper et l’évier où le poulet aura décongelé. C’est donc en lavant notre salade dans ce même évier et en la croquant à pleines dents que la salmonelle se retrouve dans notre ventre. Dingue non ? Quelques réflexes sont à adopter pour éviter une bonne salmonellose : préférer une planche à découper en plastique plutôt qu’en bois (les bactéries s’y accrochent plus volontiers), laver soigneusement tout ce qui a été en contact avec des coquilles d’œuf et de la viande crue, préférer un poulet de qualité plutôt qu’un poulet de la marque le pouce. J’ai trouvé l’histoire de ce petit peuple inconnu que sont les bactéries fascinant !

Dessin Fan attitude

Maintenant, dès que j’avale une bouchée, je ne peux n’empêcher de penser au travail d’orfèvre accompli dans mon corps, à cette folle course à la digestion et à ce petit peuple qui travail dans l’ombre. Je pense à tous les efforts mis en place par mon intestin et ses acolytes pour ne retirer que le meilleur des choses et faire que tout fonctionne au mieux. Et je suis admirative de tous ce beau travail… Le fait d’avoir une belle peau, d’être en forme, en bonne santé et de bonne humeur, tout ceci est lié à ce qui se passe au niveau de notre intestin.

Parce que nous ne sommes pas que des princesses qui pétons des paillettes, je pense qu’il est important de connaître notre fonctionnement interne. Ce livre est un voyage passionnant à l’intérieur de notre ventre ! Alors, vous attendez quoi pour l’acheter ?

(Visited 616 times, 1 visits today)

8 thoughts on “Lecture : Le charme discret de l’intestin

  1. UnPeuPlusLoin

    Je l’ai lu il y a plusieurs mois. Ayant des tas et des tas d’intolérances alimentaires (et de l’eczéma yeaaah !) j’ai adoré ce bouquin ! D’ailleurs mon médecin rejoint Giulia Enders, et si je faisait mon régime correctement tout rentrerai dans l’ordre… (mais supprimer gluten, produit laitier (donc beurre, fromage etc…), oeufs, chocolat, café, sucre, soja… pendant un an, c’est dur !!!)

    Allé, je vais le relire pour la peine ! :-)

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      C’est un sacré régime que ton médecin t’a prescrit… ça ne doit pas être tous les jours facile de le suivre! Bon, après c’est pendant un an… c’est ce qu’il faut se dire! J’espère que ça va marcher. Moi aussi il faudrait que je le relise car on ne peut pas tout imprimer dès la 1e lecture, et c’est une véritable mine d’information.
      Bon courage à toi ;-)

      Répondre

  2. Marina Sotaia

    Dis donc, ça fait plusieurs fois que j’en entends parler de ce livre ! Je crois bien que ton article m’a convaincu. J’ai depuis toujours de nombreux problèmes de peau et je remets en question mon mode alimentaire. J’imagine donc que ça me servira. Bises !

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Ce qu’il faut savoir avec ce bouquin, c’est qu’elle ne donne aucune recette miracle (plusieurs personnes lui ont reproché de ne pas donner de recettes, ce genre de chose) mais elle permet d’avoir une bonne vue d’ensemble sur le phénomène et surtout de comprendre comment ça marche dans notre ventre, et de quelle façon tout est lié. J’espère que la lecture de ce bouquin t’apportera quelques réponses. Tu verras il est vraiment bien écrit.

      Répondre

  3. Cyndie

    Tu m’as convaincu de m’acheter le livre à ma prochaine visite en France!

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Tu vas le dévorer comme moi! ;-)

      Répondre

  4. Lice

    Merci pour cette petite revue.
    Ma mère l’a lu et elle a adoré! la prochaine fois que je rentre chez moi, je lui pique :)
    Bises, à bientôt

    Lice – http://www.leblogdelice.com

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Tu me diras ce que tu as pensé de ce livre. Moi je l’ai dévoré comme un bon roman!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *