Lecture et romans du moment #2

Lectures et romans

Lectures et romans

Je suis heureuse de vous présenter cette 2e édition de notre petit rendez-vous lecture ! Avec les vacances d’été qui s’installent, nous aurons plus de temps pour lire (et lire sur une serviette de plage à l’abri de jolis pins est autrement plus agréable que de lire dans le métro, coincé entre deux relents d’aisselles). Quoi qu’il en soit, n’hésitez pas à me donner vos avis ou même à me proposer des idées de bouquins. Ça m’intéresserait beaucoup d’avoir vos retours et d’échanger avec vous. Pour cette 2e édition, on voyage loin ! Je vous emmène au Japon dans un hôtel où rêve et réalité se confondent, dans les bas-fonds de la Nouvelle-Orléans des années 20 et en immersion dans les steppes froides de Mongolie.

▲ « DANSE, DANSE, DANSE » de Murakami Haruki

L’histoire : Le narrateur, anonyme, a une vie dénuée de sens et de saveur. A 34 ans, il est divorcé, sans enfant, fait un travail alimentaire sans intérêt et n’arrive pas à garder les gens auprès de lui. Il vit dans la solitude et le whisky. Seulement, depuis quelques temps il rêve. Il rêve d’un hôtel, l’hôtel du Dauphin dans lequel il est allé il y a des années, accompagné d’une escorte girl nommée Kiki. Dans ce rêve quelqu’un pleure pour lui et il ressent le désir impérieux de se rendre au Dauphin pour retrouver cette énigmatique Kiki, étrangement disparue. Il sent que le cours de sa vie est lié à cet endroit. Une surprise l’attend sur place, l’hôtel du Dauphin n’est plus l’endroit miteux et sans âge qu’il a connu, mais s’est transformé en établissement de luxe. Dans ce lieu étrange, la réalité se tord et la magie opère. Le narrateur va faire d’importantes rencontres qui vont s’entrecroiser et va tenter de trouver un sens à sa vie. Que cache Le Dauphin ? Qui est vraiment Kiki ? Et pourquoi est-il crucial que cet homme danse, danse, danse ?

Mon avis : Murakami est un auteur que j’aime énormément. Le premier livre que j’ai lu de lui est « Kafka sur le rivage ». Un enchantement à chaque page, de la poésie pure. J’ai été transportée dans un monde imaginaire, comme si j’avais franchi un miroir. Ces bouquins sont toujours emprunts de poésie et de nostalgie. Ils sont faits pour être lus un jour de pluie. Les personnages sont souvent présentés comme des eaux sombres insondables. Difficile de savoir qui ils sont et ce qu’ils pensent. La quête (de quelqu’un ou quelque chose) est un des fils conducteurs de ses histoires. « La balade de l’impossible » est le plus nostalgique que j’ai lu, un roman beau et fragile comme une perle dans un écrin. L’érotisme est très présent dans l’univers enchanteur de Murakami.

Dans ce livre, la réalité est un fil sur lequel marche l’auteur. À tout moment il peut basculer dans un monde surréaliste, basculer de l’autre côté du miroir. On se laisse facilement entraîner dans cette danse folle. Au fur et à mesure des pages, on veut comprendre la relation entre les personnages et surtout comprendre après quoi court l’auteur. Avec Murakami, il ne faut pas avoir peur de se laisser emporter dans cet autre monde.

▲ « CARNAVAL » de Ray Celestin

L’histoire : 1919 à La Nouvelle-Orléans. Le jazz rythme la vie des habitants, les noirs ne s’asseyent pas à côté des blancs dans les bus, les immigrés vivent dans des quartiers séparés, la mafia italienne tient la ville et la corruption bat son plein. Dans ce contexte électrique de ségrégation raciale, un meurtrier sévit dans les rues poisseuses de la ville, tuant ses victimes à coups de hache. Il laisse derrière lui de mystérieuses cartes de tarot. Plusieurs personnes vont se lancer à sa poursuite : un flic quelque peu mis à l’écart par ses collègues, une jeune femme noire à la peau trop blanche qui rêve de devenir détective privé, un ancien flic italien véreux tout juste sorti de prison, et un journaliste aux méthodes douteuses. S’agit-il de crimes vaudous perpétrés par un fou ? Ou de règlements de comptes entre voyous ? Certains d’entre eux trouveront-ils la rédemption qu’ils attendent ?

Mon avis : Le premier livre de Ray Celestin est une pépite ! Quel rythme, quelle histoire ! J’ai simplement adoré. Tout. L’intrigue policière, l’histoire, les différents personnages tortueux, chacun essayant de trouver le coupable tout en cherchant un sens à sa vie. L’auteur dresse le portait d’une ville et d’une époque. D’un point de vue historique, j’ai appris beaucoup de choses sur la ségrégation raciale et sur cette Nouvelle Orléans, si vivante et grouillante. L’immersion dans l’univers du bayou est totale, et jusqu’à la fin on ne peut lâcher le livre. C’est un livre chaud qui diffuse sa musique entêtante même après la dernière page tournée.

▲ « LES TEMPS SAUVAGES » de Ian Manook

L’histoire : Un dzüüd implacable souffle sur la Mongolie, blanc et silencieux. Deux meurtres, d’un côté un homme retrouvé suspendu à un pic rocheux en pleine montagne le corps désarticulé, de l’autre un cavalier et sa monture écrasés par un yack. Quel peut-être le lien entre les deux morts ? Les frontières se brouillent et l’intrigue nous mène par delà les steppes Mongoles et son froid polaire, à travers une Russie aussi froide que désabusée, en Chine et même sur le port du Havre. Flics, services secrets, militaires et barbouzes se côtoient et tentent de tirer leur épingle du jeu. Il est même question de moines Shaolin ! C’est une histoire d’hommes forts, d’homme à l’âme sombre, de survivants et de guerriers. On y rencontre des russes, des bouriates, des kurdes, des kazakhs mais les deux enquêteurs principaux sont mongols : Yeruldelgger, un flic imposant par sa force qui a reçu l’enseignement du 7e Monastère et Oyun, une jeune femme forte dont le corps est strié de cicatrices. Par delà la Sibérie, l’Asie centrale et l’Europe, l’auteur nous emmène entre trafic humain, corruption et vengeance.

Mon avis : Alerte, alerte !! Gros gros coup de foudre pour ce roman ! J’ai dû me retenir pour ne pas le dévorer en deux jours… Dès les premières pages, pas de mystère, c’est un livre de dingue. Ce livre est un thriller à la mécanique complexe et tortueuse si bien amenée. L’écriture d’Ian Manook est superbe et ses descriptions des coutumes, des villes et de la nourriture sont épatantes ! En tournant les pages, on peut sentir l’odeur des raviolis de mouton à la vapeur, gras et moelleux. Les descriptions des yourtes, de la steppe, des villes sont fabuleuses. En plus d’être un polar génial, ce livre est une mine d’informations. La Mongolie traditionnelle tente de se maintenir face à la Mongolie moderne d’Oulan-Bator, si polluée et désenchantée. Entre croyances et traditions perdues, le pays veut se frayer une place dans le monde contemporain. Et c’est passionnant ! J’aime ces histoires d’hommes forts, de survie et de vengeance. Les personnages sont très bien développés et chacun est fascinant à sa manière. Les noms dansent encore dans ma tête : Solongo, Oyun, Zarzavadjian, Ganshü, Altantsetseg et les autres. Un conseil : Ruez-vous sur ce bouquin !

Une dernière chose, lorsque je l’ai acheté je ne savais pas, mais « Les temps sauvages » est une suite du premier livre de Ian Manook « Yeruldelgger ». On peut le comprendre sans avoir lu le premier mais je pense que dans l’ordre, les choses sont plus clairs. Vous devinez quel sera mon prochain livre ?

Roman Ian Manook Les temps sauvages

(Visited 79 times, 1 visits today)

2 thoughts on “Lecture et romans du moment #2

  1. Lice

    Merci pour tous ces avis, peut-être que j’en lirais un de ta sélection pour l’été :)
    En ce moment, je lis un thriller de R.J Ellory, “Les anonymes”, il est vraiment top!
    Bises, à bientôt

    Lice – w ww.leblogdelice.com

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Si tu en choisis un pour cet été, tu me diras ce que tu en as pensé, ça m’intéresse :-)
      De R.J Ellory j’ai lu “Seul le silence” que j’avais beaucoup aimé. J’ai entendu parlé de celui dont tu parles. Je l’achèterai peut-être à l’occasion!
      Bises et bonne lecture.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *