Lecture, bonheur et épanouissement personnel

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en a qu'une

À Noël, mon beau-père m’a offert un bouquin. En me tendant le paquet il a dit : « J’ai lu ce livre et il m’a fait penser à toi. Je suis certain qu’il va te plaire ». J’ai directement aimé le titre : Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n’en as qu’une, de Raphaëlle Giordano. Pour moi tout était dit dans le titre. Dans le résumé, il est question du syndrome de « routinite aiguë ».  Aïe, il m’a bien cerné le beau-papa…

Ce joli petit bouquin m’a fait réfléchir sur le bonheur et les moyens d’y parvenir, aussi, permettez-moi de vous en parler.

Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en a qu'une

Ce livre se présente sous la forme d’un roman mais ressemble plus à un petit traité d’initiation, à un catalogue de bons conseils à mettre en application. Camille est comme beaucoup de femme, elle aurait tout pour être heureuse. Seulement le packaging mari, enfant, CDI et confort matériel ne lui suffit plus. Elle sent que le bonheur lui échappe, qu’il lui manque quelque chose de crucial et ne comprend pas de quoi il s’agit. Par un heureux hasard elle va rencontrer Claude, un homme rayonnant par son sourire et par le calme intérieur qu’il dégage. Claude est routinologue : « Comment, sans être en dépression, on pouvait ressentir malgré tout une sensation de vide, un vrai vague à l’âme et traîner la désagréable impression d’avoir tout pour être heureux, mais pas la clé pour en profiter. ». C’est avec ces mots qu’il lui explique le syndrome de la routine et lui propose de l’accompagner vers le changement.

Le but de la méthode novatrice de Claude et de redonner un sens à la vie de Camille, en progressant à petits pas.

Je me suis un peu retrouvée dans le personnage de Camille, elle aussi dessinait mais a dû mettre ses rêves et son talent au placard pour un job plus sûr. Et surtout, je me suis reconnue dans son mal-être et sa façon pessimiste d’appréhender le monde et les autres. Le fait que la vie lui semble fade, sans raison.

Peu à peu, elle va retrouver le (difficile et bien caché) chemin de la sérénité grâce à de petits exercices que va lui proposer Claude. Et c’est ce que je trouve sympa avec ce bouquin, les exercices sont tout à fait transposables à nos vies et notre quotidien.
Pour vous en citer quelques-uns :
– Le jeu de l’appareil photo imaginaire qui consiste à se focaliser sur toutes les belles images que l’on croise autour de soi, dans la rue, les transports afin de constituer une collection d’images mentales positives à consulter à loisir ;
– Commencer la journée avec un peu de légèreté grâce à une séance de grimaces devant le miroir ;
– Le Carnet du positif : prendre un petit répertoire téléphonique et y noter, par ordre alphabétique, toutes les choses positives qui ont ponctué notre journée ;
– L’opération « Grand Blanc », faire un grand ménage externe et interne en deux semaines. Pour le premier, il s’agit de faire un tri chez soi, de jeter au moins 10 choses inutiles et de rendre son habitat plus agréable. Pour le second, il s’agit d’identifier tout ce qui est néfaste dans nos vies, tout ce qui représente un obstacle à notre bonheur et qui semble toxique pour l’écrire sur une feuille. Avec cette feuille on fait un avion qu’on lance d’un point assez haut pour symboliser la rupture avec ces toxines ;
– La technique du Sourire intérieur qui se rapproche de la méditation.

Le livre est ponctué de petites méthodes à appliquer jour après jour et d’astuces permettant de se poser les bonnes questions, de se remettre en question et d’y voir un peu plus clair. Ce n’est pas un ouvrage miracle – il n’y a d’ailleurs aucun remède miracle, seul le travail sur soi et la volonté permettent d’accéder au bonheur – mais un livre très agréable à lire qui a, comme celui-ci, fait travailler ma caboche.

Si je devais formuler une toute petite critique (vraiment pour faire ma relou) je dirais que certains passages sont un peu cucu-la-praline, comme celui du texto de la créativité amoureuse, et que Claude est parfois un peu agaçant en Maître Zen. Mais c’est vraiment à la marge… Bref, un livre que je vous conseille et qui fait du bien.

phrase

(Visited 202 times, 2 visits today)

6 thoughts on “Lecture, bonheur et épanouissement personnel

  1. Clem

    Il est commandé. Je suis impatiente de le recevoir, il a l’air top !

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      J’espère que tu me diras s’il t’a plu ou pas ;-) J’attends ton retour!

      Répondre

  2. Polly

    moi aussi je suis très pessimiste et je pense que j’ai une vie de m… alors que sans doute plein de gens me l’envient… je n’ai pas trouvé la clé du bonheur, mais mon appareil photo imaginaire, c’est mon fil instagram, que je remonte régulièrement pour revoir tous les moments beaux, étranges ou attendrissants que j’ai vécu ces dernières années!

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Pas évident de se dire Oui, je suis heureux(se). J’ai un peu le même sentiment que toi parfois, et je me sens coupable d’être aussi négative car il y a des gens qui n’ont rien et qui sont seuls… Le bonheur ça se cultive et je me demande si finalement ça ne serait pas l’accumulation de plusieurs bons petits moments. J’espère que tu trouveras la façon d’être heureuse. C’est pas évident mais ça vaut le coup ;-) J’y travaille aussi!

      Répondre

  3. Eouzan.H

    J’aime beaucoup la citation qui sers de titre! ♥

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Ça m’a tout de suite donné envie de le lire!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *