Illustratrice en herbe : ces gens qui ne te rappellent pas

Bonjour les asticots ! (Non, c’est pas beau un asticot…)

Je me suis dit que ce serait sympa de partager avec vous l’envers du décor, je veux parler du décors de l’illustratrice en herbe que je suis. Je vous ai déjà parlé de beaux projets, de ceux qui aboutissent (voir article sur la sophrologie). Ne nous mentons pas, ils ne sont pas nombreux, mais ils existent ! Tout comme leur pendant, les projets qui n’aboutissent à rien. Les projets « nazes », ceux qui sentent la vieille chaussette. Je veux parler de ces gens qui te contactent, s’emballent (un peu trop vite ?), te proposent mille choses à la fois et finalement, ne te rappellent jamais.

Ainsi donc, dans la série des gens « pas fiables », j’ai été contacté par une personne disant travailler dans une sorte de maison d’édition (déjà la présentation était floue) m’expliquant que ses demandes étaient plutôt très variées. Elle (enfin il) était très enthousiaste et disait vraiment aimer mon travail. Vous imaginez bien que j’étais sur un petit nuage… Bref, il partait un peu dans tous les sens, me parlant de plusieurs projets à la fois. Je l’ai trouvé plutôt sympathique et emballé mais un peu brouillon. Il voulait par exemple que j’aide sa fille, créatrice de mode, à créer la charte graphique de son site/blog. A côté de ça, il me parlait de créer des visuels pour des t-shirts (variés, c’est le mot…) et surtout, il m’a demandé d’illustrer une plaquette. Voici ce qu’il m’a écrit (je vous épargne les petites fautes d’orthographe) :

« Il s’agit d’expliquer le dispositif « d’alerte intrusion » qui permet à toute personne de donner l’alerte par simple pulsion sur un bouton d’appels sans fil qui fonctionne en radio fréquence, une fois l’alerte donnée , il y a plusieurs scénarios :

– Soit le système prévient une ou plusieurs personnes équipées d’un biper radio de l’alerte et de sa situation précise.

– Soit si on ajoute notre logiciel, alors le système prévient en automatique plusieurs personnes en même temps ( police, gendarmerie, etc…). »

Alors j’avoue que je n’ai pas vu – et je ne vois toujours pas – le rapport avec une maison d’édition. J’ai trouvé cette demande pour le moins surprenante. Illustrer un système de sécurité… mouais… après tout pourquoi pas ! A mon niveau, rien ou presque ne se refuse. Je me suis donc occupée de ce dessin. Nous avons communiqué par téléphone, par mail et par WhatsApp (plutôt bizarre) afin qu’il me précise sa commande. Son ton était assez peu professionnel, j’avoue que ça m’a un peu décontenancé surtout pour un type travaillant dans une maison d’édition. Brrrref, ce n’était pas très important.

Vous l’imaginez bien, j’ai passé du temps sur cette petite planche A4. La voici :

Une planche d'illustration réalisé pour une plaquette d'un système d'alarme.

Et c’est à ce moment-là que mon histoire déjà bien bizarre s’est engluée dans la mélasse. N’ayant aucune réponse à l’envoi de mon dessin, j’ai relancé ledit client. Pour toute réponse, j’ai eu droit à :

« Bonsoir Melissa , pas du tout !! j’ai juste mon emploi du temps qui s’est emballé (voyages à l’étranger et je marie ma première  fille dans 3 semaines…)

Je vous fais faire un retour dès que possible…

Ou sinon je demande à mon assistante de prendre le dossier . 

Désolé pour le delta. »

Okay… bon. Je croyais qu’il s’agissait d’une commande pressée. Peut-être pas tant que ça finalement. Cette réponse m’a été adressée le 21 novembre dernier, depuis plus aucune nouvelle. Cette histoire a été très enrichissante pour moi car je me suis rendue compte que j’avais commis plusieurs erreurs de débutant :

  • je ne lui ai pas envoyé de devis. Jusqu’à il y a peu, je ne savais même pas qu’il fallait faire des devis. J’avoue que je ne sais toujours pas à quoi doit ressembler un devis…
  • je ne lui ai pas envoyé de « maquette » de dessin, enfin de brouillon, de 1e jet pour qu’il se fasse une idée. J’ai directement envoyé le produit final
  • bref j’ai encore un milliard de choses à apprendre sur le métier d’illustratrice free lance.

Après coup, je la trouve bien naze cette planche… Voilà. C’était l’histoire de l’illustration faite pour rien. L’histoire de mes erreurs. C’était l’histoire de ces gens qui ne te rappellent jamais.

(Visited 124 times, 1 visits today)

10 thoughts on “Illustratrice en herbe : ces gens qui ne te rappellent pas

  1. LaPtiteLu

    Tu fais très bien de tirer les leçons de cette mauvaise expérience. C’est à ça qu’elles servent : s’améliorer. Oui toujours envoyer un devis avant les travaux et surtout : demander à être payé 50 % en avance. J’ai eu quelques mauvaises expériences où je n’ai jamais vu la couleur de mon argent… Maintenant c’est 50% en avance et tant que je n’ai pas l’argent, je ne commence pas.
    Faire une maquette ou un moodboard est aussi une bonne chose. ça peut faire gagner du temps. Je crois qu’on a tous en tant que freelance connu ce genre de mésaventure. Et ça forge !
    Bon courage !!

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Oui j’apprends de mes erreurs, que ça me serve de leçon!
      A côté du devis, la maquette c’est une bonne idée, ça évite peut-être de refaire 10 fois le même dessin. Pour les 50 % je n’y avais pas pensé mais c’est une bonne idée. Au moins pas de mauvaise surprise!
      En tout cas merci :-)
      (et j’adore ton style de dessin, très chouette!)

      Répondre

  2. Sophie

    Quand on débute et qu’on n’y connaît rien c’est sûr que ce n’est pas facile et qu’on peut faire des erreurs. Au moins tu as appris des choses.
    Mais c’est vrai que je ne comprends pas l’intérêt des gens qui font de fausses demandes…
    Au moins peut être qu’ avec ton histoire cela évitera à d’autres personnes de faire les mêmes erreurs :)

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Je me demande moi aussi l’intérêt qu’on ces gens de faire perdre leur temps aux autres… C’est les gens brouillon, trop éparpiller qui du coup ne pense pas aux autres car trop occupés avec leurs 1000 projets.

      Répondre

  3. Sixte

    Il y a des gens qui ont cette spécialité de pas faire suite à des projets… Comme tu le dis, finalement, ça a été enrichissant pour toi, et puis ça t’a permis d’écrire un article assez drôle. (Pas drôle pour le temps que tu as perdu, mais ça a l’air d’être le bazar dans la tête de cette personne…). Je trouve ça étonnant aussi cette histoire de plaquette : la prof de maternelle en moi se reconnaît dans l’exercice intrusion d’ailleurs.
    Belle journée !

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Une histoire bizarre, n’est-ce pas? Mais si au moins avec elle j’ai pu faire rire quelqu’un et si en plus j’ai pu en apprendre un peu plus sur le boulot d’illustratrice, alors c’est pas si négatif que ça ^_^ (tu es prof de maternelle?)
      Bises à toi ;-)

      Répondre

      1. Sixte

        Oui, pour être exacte j’ai une classe qui va de la toute petite section au CP dans un petit bled paumé ;) je vis au milieu des gommettes hihi !

        Répondre

        1. D'encre et de sel

          et de la pâte à modeler! ^_^

          Répondre

  4. Julia

    C’est sûr que ça ne doit pas être facile de débuter en freelance… mais quand tu as en plus à faire à des personnes aussi peu professionnelles, ou tout simplement aussi peu claires, j’imagine que c’est mission impossible! Ne sois pas trop dure avec toi-même :)
    Editions… des emballages de produits et notices d’explications? (sûrement celles traduites en mi-mandarin, mi-tchécoslovaque… non pas que j’ai quo que ce soit contre ces 2 pays, mais pour un produit à destination française, c’est gênant :D )
    Et si tu ouvres ta boutique etsy, je serai ta première acheteuse!

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Merci Julia pour ton mot d’encouragement, tu m’as bien fait rire avec cette histoire mandarino-tchécoslovaque!! Déjà que c’est pas évident de démarrer une activité comme celle-ci en autodidacte total, ce genre de type flou et peu fiable n’aide pas… Mais je m’accroche ;-) Et encore merci pour ma future boutique Etsy ♡ Elle arrive soon soon!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *