Esprit de contradiction : mes rats

Dessin la fille aux rats

Photo câlin de rat

J’avoue avoir quelque peu l’esprit de contradiction. Pourquoi dire blanc quand on peut dire noir ? L’esprit de contradiction et l’envie parfois de ne pas faire comme tout le monde. Je pense que l’on a tous eu envie d’être unique, de sortir un peu du lot. Simplement pour se sentir un peu spécial.

Un jour, ma petite cousine – qui à l’époque devait avoir une dizaine d’années, est venue me voir en me présentant Roger, son lapin nain. Elle avait réussi à convaincre sa mère de lui prendre un animal de compagnie. À ce moment-là, j’ai réalisé que je n’avais jamais eu d’animal de compagnie (excepté un caniche nain, devenu si grand que j’ai cru pendant longtemps que c’était un poney ; et un chat – sadique – qui nous jalousait avec mon frère et nous sautait dessus dès que ma mère avait le dos tourné).

Alors certes, cette réflexion est venue un peu tard – j’avais 19 ans, mais j’ai fait un caprice : je voulais absolument un animal de compagnie. Sans cela je risquais 30 ans de psychanalyse pour frustration aggravée, me plaçant à vie dans l’attente de la réalisation de quelque chose qui ne se ferait pas, créant ainsi un conflit intérieur pouvant causer obsession et dépression aiguë, me poussant à noyer mon désarroi dans le sucre et la cancoillotte.

Afin de parer à cette sombre éventualité, je voulais un petit animal intelligent, surtout pas un lapin ou une souris (avez-vous déjà regardé une souris dans les yeux ??). C’est alors que l’idée du rat m’est apparue !

Le rat répondait parfaitement à mes attentes : petit, intelligent et pouvant un minimum être dressé. Comme je l’évoquais plus haut, c’est aussi mon esprit de contradiction qui m’a fait choisir le rat. L’idée de prendre un animal qui dégoûte la plupart des gens me ravissait et je trouvais les rats adorables (« oh un rat ?? Beuuurk mais la queue c’est dégouttant… »). C’est assez bizarre je sais, mais voilà, je voulais jouer les rebelles.

Dessin la fille aux rats

J’ai donc eu un premier rat, Guizmö. Un beau petit rat noir et blanc, extrêmement intelligent et indépendant, avec une sacrée personnalité. Quelque temps plus tard, j’en ai pris un second pour ne pas que Guizmö se sente seul : Archibalt, un petit rat craintif, gourmand et très câlin. N’allez pas imaginer que je portais mes rats sur l’épaule (non, je n’avais pas les naseaux percés, n’écoutais pas du Marilyn Manson et n’avais pas le cheveu gras). Mes rats restaient dans leur cage, tout était bien propre et ils pouvaient se promener dans ma chambre.

photo portrait de rat

Je les ai adorés. Ils venaient quand je les appelais, ils avaient des mimiques vraiment drôles et étaient gourmands au possible. Ma mère qui au départ ne voulait pas en entendre parler les a aimé presque plus que moi.

Par la suite, Guizmö est mort d’un kyste (les rats sont des animaux extrêmement fragiles) et pour ne pas qu’ Archibalt reste seul, j’en ai pris un troisième. Un rat husky nommé Jack. Mais comme Archi se faisait vieux, je ne voulais pas que Jack se retrouve orphelin. Aller, va pour un quatrième rat husky : Crispy ! Oui j’ai poussé le vice un peu loin…

Photo le rat qui fait peur
Non, ce rat ne va pas te sauter à la gorge dans ton sommeil…Il cherche simplement un cookie!

J’ai donc eu des rats pendant 4 ou 5 ans, et à chacune de leur mort j’ai pleuré comme une madeleine ! On s’attache très vite à ces bestioles-là ♥ Je pense souvent à eux.

Bref, j’ai eu des rats.

Photo rat et carton

(Visited 311 times, 1 visits today)

2 thoughts on “Esprit de contradiction : mes rats

  1. sand

    J’adooooore ton article :) Très fun ;) Bisous, Sand.

    http://www.taimemode-fashionblog.com

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      héhé ^^ merci Sand ♥

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *