Eh l’illustratrice, tu peux adapter ton style steuplé ?

illustration mode et pont de Paris

Il y a très longtemps, à mes tout débuts d’illustratrice (enfin si on peut dire) j’avais écrit un article sur les clients qui s’emballent sur ton travail et ne te rappellent jamais. A l’époque je bossais mal, sans filet et je n’étais pas pro. Je n’avais pas fait de devis, ni de maquette, rien. J’avais envoyé mon travail brut et n’en avais rien tiré. Cette expérience m’a été bénéfique, car j’en ai appris plus sur le métier.

Aujourd’hui, j’aimerais partager avec vous une autre déconvenue concernant le métier d’illustratrice. Encore une mauvaise expérience mais qui, comme toutes les expériences, a eu le mérite de m’apprendre beaucoup!

Il y a quelque temps j’ai été contactée par une maison d’édition. Celle-ci allait bientôt sortir un roman-jeunesse « écrit » par une youtubeuse assez connue et ils avaient besoin que j’illustre la couverture du roman ainsi que cinq petits pictogrammes en noir et blanc pour les différents chapitres. J’étais tellement contente que la maison d’édition fasse appel à moi ! En plus la youtubeuse en question est assez populaire et cela était une super occasion de faire connaître mon travail.

Du coup, ils m’envoient un contrat d’édition que j’annote et signe. Je leur envoie une première facture d’acompte de 50 % et je commence le travail. Mais déjà, je sens que quelque chose cloche… Je suis en contact avec une personne de la maison d’édition et à chaque fois que je lui demande ce qu’ils veulent exactement pour la couverture, s’ils ont des attentes particulières, une mise en scène en tête, des couleurs, je n’ai que des réponses extrêmement floues, voir pas de réponse du tout. Le contrat fixe une deadline à laquelle je dois rendre une première couverture. Les modifications auront lieu par la suite. La date approche, je suis en solo total. Alors je crée trois illustrations pour cette couverture (au moins un de mes croquis ayant été plus ou moins « validé »).

Le temps s’écoule, je suis dans l’attente de leur retour et c’est à ce moment-là que je reçois LE mail. Le mail qui m’a laissé sur le cul. Ce genre de mail qui me fait me questionner sur l’intelligence humaine.

En gros, on m’écrit que finalement la youtubeuse et son « agent » ne se reconnaissent pas dans mes illustrations. Elle « adore ce que je fais » mais ne se reconnaît pas dans mon style (malgré sa validation en amont du projet…). On me laisse le choix : soit je peux adapter mon style à sa demande – elle veut finalement une illustration très réaliste, soit notre collaboration s’arrête.

Douche froide…

Je n’ai pas compris (et ne comprends toujours pas) leur raisonnement : les gars sont venus me chercher car ils aimaient mon travail. Et finalement on me demande « d’adapter mon style » ? Mais ça veut dire quoi ? En gros tu aimes bien ma façon de dessiner, mais tu veux que je dessine autrement ? Ça m’a laissé pantoise…

On est d’accord qu’avant de faire appel à une illustratrice /teur, on regarde son univers, son portfolio pour vérifier que son style est en adéquation avec ce que l’on recherche ? Ces personnes m’ont fait perdre un temps précieux. Parce que comprenez-vous, Mlle la « youtubeuse » était trop occupée pour répondre à mes questions et me dire précisément ce qu’elle voulait : elle était en voyage sponsorisé à Hawaï… #haine

Dans cette histoire c’est le manque de professionnalisme et de respect qui m’ont le plus bluffé. Et le fait d’avoir travaillé pour rien. Heureusement et c’est la moindre des choses, j’ai touché 75 % de la somme en « dédommagement » (car hors de question « d’adapter mon style ») Mais bon… c’est quand même dingue !

Enfin, j’imagine que ce n’est pas la dernière fois que j’aurai à faire à ce genre de client peu fiable. Heureusement je suis sur un super groupe FB d’illustrateurs pro qui ont su répondre à mes interrogations et m’aider. On en apprend tous les jours…

(Visited 248 times, 1 visits today)

4 thoughts on “Eh l’illustratrice, tu peux adapter ton style steuplé ?

  1. Maneb

    Tu as eu raison de ne pas craquer, je ne comprends vraiment pas les clients parfois… j’en ai un en ce moment dont la deadline était pour la première semaine de février, je n’ai pas fait 1/10e du travail parce que je dois attendre un mois entre chaque retour… Malheureusement ce sont les aléas du travailleur autonome mais faut l’avouer, c’est pas tous les jours très rose…

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Ben en plus, je sais très bien faire de l’illustration ultra réaliste, c’est ce que je faisais au début. Mais ce n’est pas mon style, ce n’est pas ce que je propose actuellement en tant qu’illustratrice… Alors sa commande elle peut se la mettre là ou je pense (#pardon…).
      Bon courage avec ton client, il a l’air bien relou lui aussi… Je ne comprends pas ces gens. C’est quoi leur motivation exactement? Est-ce qu’un peu de sérieux et de professionnalisme c’est trop demander? On dirait.

      Répondre

  2. Stella

    Gasp, tu pouvais pas leur faire une seconde proposition sur paint avec des carrés et des ronds pour “adapter ton style” ? 75% ça reste un dédommagement, mais quand on connait l’investissement sur de premières commandes c’est sur que ça a dû faire mal !

    Courage =)

    Répondre

    1. D'encre et de sel

      Tu as raison, j’aurais du leur proposer une sorte de Mr Patate mais en meuf sur Paint… ça leur aurait peut-être plus plu! Nan mais vraiment!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *